Comment faire une enquête RPS ? 2

questionnaire RPS

Comment faire une enquête RPS à adresser aux salariés de votre entreprise ? Que vous soyez représentant du personnel ou en charge des ressources humaines, Le Petit Néo vous aide à y voir plus clair !

 

Pourquoi établir une enquête RPS ?

La consultation du personnel est une étape primordiale dans une démarche structurée d’évaluation des risques psychosociaux (RPS). En diffusant un questionnaire RPS, vous permettez à l’ensemble des salariés d’être associés à cette démarche : pour une fois, un projet d’entreprise n’est pas construit sans eux mais avec eux. Et pour une fois aussi, ils ont la parole ! Or libérer l’expression est l’un des fondamentaux de la prévention des RPS.

En réalisant une enquête RPS, vous allez disposer de résultats précis et détaillés sur les ressentis du personnel quant à la qualité de vie au travail dans votre entreprise. Même si les résultats devront être soumis à interprétation, fini le déni : les ressentis exprimés par le personnel ne peuvent plus être ignorés.

Attention : ne pas se limiter à un simple questionnaire

Le questionnaire RPS est l’un des indicateurs les plus importants de l’évaluation des RPS. Il permet de « prendre la température ». Attention toutefois : une évaluation des RPS ne peut pas reposer uniquement sur une enquête. Il faut garder en tête qu’un questionnaire n’apporte que des données chiffrées, des pourcentages. Or les chiffres amènent souvent autant de questions que de réponses… D’autres indicateurs doivent être sollicités pour construire une analyse précise et inattaquable, en gommant au maximum la subjectivité.

Les données santé et RH, des entretiens individuels et/ou des groupes de parole, une observation du travail sont autant d’indicateurs qui, parmi d’autres, doivent être analysés finement. Un expert RPS, comme notre partenaire Nouvelle Heure, pourra vous aider à déterminer quels sont les indicateurs les plus adaptés.

 

Les différents questionnaires existants

Reste à savoir comment construire une enquête RPS. Vous pourriez rédiger vous-même votre questionnaire. Toutefois, il est fortement recommandé de se reporter à des questionnaires existants : cela vous garantira notamment de disposer de questions précises et évitant les mauvaises interprétations, de faire le tour de tous les sujets à explorer et de pouvoir effectuer des comparaisons avec des résultats par secteur d’activité/métier ou nationaux.

Il existe de très nombreux questionnaires scientifiques que vous pouvez utiliser. Chaque entreprise pourra recourir à un questionnaire préexistant en veillant à ce qu’il corresponde bien à sa problématique et, si besoin, en l’adaptant.

Plusieurs questionnaires ont été élaborés à partir de modèles d’analyses précis et ont été testés. Ce sont des outils validés et fiables qui donnent une photographie à un moment de la vie de l’entreprise.

Ils abordent le stress comme une conséquence des dysfonctionnements dans les situations de travail. Ils sont utilisés dans des enquêtes au niveau national et peuvent éventuellement permettre des comparaisons. Ils donnent des orientations sur les causes et une évaluation des conséquences sur les personnes.

Le questionnaire de Karasek postule qu’une situation de travail est génératrice de stress si elle associe une demande psychologique élevée, une autonomie décisionnelle faible, un soutien social faible de la part de l’équipe de travail ou de la hiérarchie. Il existe plusieurs versions de ce questionnaire, dont celle à 26 questions utilisée dans le cadre de l’enquête SUMER : le questionnaire Karasek SUMER 2002.

Le questionnaire de Siegrist postule quant à lui que des conditions de travail pathogènes correspondent à une association entre des efforts importants et de faibles récompenses. Ce modèle fait référence aux sentiments d’injustice.

Un autre exemple de questionnaire : le HADS (Hospital Anxiety Depression Scale) explore l’anxiété et la dépression.

Il existe bien entendu de très nombreux autres tests.

 

Personnalisez votre questionnaire !

Il est essentiel de choisir un questionnaire adapté à votre entreprise et à vos problématiques. Certaines questions de tests validés peuvent en effet ne pas avoir d’intérêt dans votre structure. Il est également possible d’ajouter des questions, à condition de le faire de manière concertée et réfléchie.

Attention par ailleurs à ne pas décourager les répondants par un nombre de questions trop élevé, surtout si votre entreprise n’a pas la culture de la consultation directe du personnel. Les salariés, peu habitués à être sollicités, pourraient ne pas aller au bout du questionnaire, ce qui décrédibiliserait votre enquête. Limitez-vous à un nombre de question raisonnable mais qui vous permettra d’en tirer des éléments d’information pertinents.

 

Les risques d’un questionnaire mal construit

Votre questionnaire ne doit pas être construit à la légère. Sans réflexion préalable et approfondie, les résultats de l’enquête pourraient être parcellaires et n’aborder que certains risques en en omettant d’autres.

Des questions et des réponses mal formulées pourraient par ailleurs être soumises à des interprétations différentes : au final, vous aurez du mal à vous mettre d’accord sur le diagnostic.

 

Attention à la confidentialité !

Au-delà des questions soumises aux salariés, n’oubliez pas de rappeler dans votre enquête que la consultation est anonyme et confidentielle. C’est une condition essentielle de la réussite de votre démarche. Sans la garantie de la confidentialité et de l’anonymat, le taux de participation sera trop faible pour que vous disposiez de données pertinentes.

Il est donc primordial que le dispositif technique que vous mettrez en place assure cette confidentialité et cet anonymat et que l’ensemble des collaborateurs soient rassurés.

 

Soyez accompagnés par un expert

Au regard des enjeux, nous vous conseillons de vous faire accompagner par un expert pour élaborer le questionnaire, le diffuser et recueillir les résultats. Un spécialiste vous aidera à choisir les questions les plus appropriées, vous proposera un moyen de diffusion externe préservant la confidentialité et l’anonymat, extraira lui-même les données collectives (ce qui est très fastidieux !) et les croisera. L’expert vous accompagnera par ailleurs pour analyser les résultats et les comparer à d’autres données disponibles : il ne suffit pas d’avoir des chiffres, il faut savoir les faire bien parler.

Notre partenaire Nouvelle Heure vous proposera par exemple un questionnaire RPS sur-mesure et les conseils appropriés : le questionnaire RPS de Nouvelle Heure.

Et n’oubliez pas : le questionnaire est un indicateur parmi d’autres. Il doit s’inscrire dans une démarche structurée d’évaluation des risques psychosociaux.

Bon courage à tous !

Le Petit Néo

Cet article a été rédigé en collaboration avec le cabinet de prévention des risques psychosociaux (RPS) Nouvelle Heure.

 

Recevez les nouveaux articles du Petit Néo !

 

Partagez cet article :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “Comment faire une enquête RPS ?