« Ma responsable guettait mes erreurs » 2

témoignages sur mes difficultés au travail

Le Témoignage d’Anne sur sa perte de confiance en raison d’un management inapproprié.

« J’étais très enthousiaste à l’idée de rejoindre cette petite agence de relations publiques. Après les tests et l’entretien que j’avais passés, j’avais été heureuse d’apprendre que j’avais été choisie parmi tous les candidats. L’équipe pour laquelle j’allais travailler comme assistante m’avait semblé sympathique et j’avais apprécié le dynamisme qui s’en dégageait. Et puis, après une dizaine d’années passées dans mon entreprise précédente, il était temps de passer à autre chose ! Lorsque j’ai reçu cette proposition de CDI dans cette petite agence, je n’ai donc pas hésité longtemps, même si j’ai eu un petit pincement au cœur en quittant mes collègues.

 

Une prise de poste difficile

J’ai été vite mise dans le bain lors de mon premier jour dans l’agence. Ma nouvelle responsable s’est installée à côté de moi pour me montrer les différents outils informatiques que j’allais devoir utiliser sur l’ordinateur et m’expliquer mes nouvelles missions.

Les relations publiques étant un secteur d’activité nouveau pour moi, j’ai essayé de suivre au mieux ses explications, en notant le plus d’informations possibles.

J’ai vite compris à quelques remarques qu’elle m’a faites qu’il ne fallait pas la faire répéter trop souvent. Cette première journée a été un peu rude mais je m’y attendais : après plus de dix ans passés dans la même entreprise, il était normal d’avoir besoin d’un petit temps d’adaptation.

 

Ma chef guettait mes erreurs

Les jours suivants, ma responsable a continué à s’asseoir à côté de moi pour regarder ce que je faisais sur mon ordinateur. Je me suis vite sentie perdue entre les différents logiciels à utiliser, les noms des clients à mémoriser, le vocabulaire propre aux relations publiques que je ne maîtrisais pas… Cependant, j’essayais de donner le change pour ne pas agacer ma responsable mais je voyais bien qu’elle s’impatientait. Elle restait les yeux rivés sur mon écran, à guetter chacune de mes hésitations ou erreurs, puis me les faisait ensuite remarquer d’un ton sec et infantilisant.

 

J’étais humiliée devant mes collègues

Ses réprimandes, ma responsable me les faisait devant les autres salariés, mon bureau étant situé dans un open space commun à l’ensemble de l’équipe. Mes collègues assistaient à ces remontrances sans broncher, dans un silence pesant.

 

La perte de confiance m’a déstabilisée

La situation n’a fait qu’empirer par la suite. J’essayais de m’accrocher à l’idée que j’avais toujours donné toute satisfaction à mes employeurs précédents, mais j’ai rapidement perdu confiance en moi.

Plus je subissais les foudres de la responsable, moins j’arrivais à me concentrer sur mon travail et plus je commettais d’erreurs.

 

Je rentrais tendue à la maison

Lorsque je rentrais chez moi le soir, j’évitais de parler de mes difficultés à mon mari car lui-même avait des problèmes professionnels et je ne voulais pas l’ennuyer avec les miens. Cependant, plus les jours passaient et plus je rentrais tendue à la maison. Les bavardages des enfants m’agaçaient et je n’arrivais pas à oublier les réprimandes subies tout au long de la journée, qui tournaient en boucle dans ma tête. Mes nuits étaient agitées et je redoutais la reprise du travail après chaque week-end.

 

J’ai trouvé la force de partir

Un matin, au bout de quatre semaines, j’ai pris ma décision : je ne voulais pas continuer à me faire brutaliser ainsi. J’ai donc décidé de rompre ma période d’essai. Je l’ai annoncé à la responsable, qui n’a manifesté aucune réaction. Un immense soulagement m’a envahie lorsque j’ai quitté l’entreprise le soir-même…

J’ai appris par la suite par les autres membres de l’équipe que je n’étais pas la première à subir de telles méthodes d’« apprentissage » ; d’autres assistantes en avaient fait les frais avant moi.

Après cette expérience douloureuse, j’ai eu besoin de temps pour reprendre confiance en moi et de me relancer dans ma recherche d’emploi. Heureusement, mon mari s’est montré compréhensif.

Après trois mois sans rien faire à broyer du noir chez moi, j’ai finalement accepté un poste d’assistante de direction auprès d’un dirigeant de PME, où je m’épanouis depuis trois ans. »

Anne

Note du Petit Néo : si comme Anne vous souhaitez partager une expérience professionnelle difficile, écrivez-nous à redaction@lepetitneo.fr et lisez toutes nos instructions pour la rédaction de votre témoignage.

 

Recevez nos nouveaux articles :

Partagez cet article :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 commentaires sur “« Ma responsable guettait mes erreurs »

  • Armelle

    Cette responsable maltraitante me fait penser à une responsable que j’ai côtoyée et qui, elle aussi, prenait plaisir à humilier ses collaborateurs… De telles personnes sont dangereuses et malheureusement, dans de tels cas, les salariés les plus fragiles paient le prix fort, sombrant parfois dans la dépression et la perte d’estime de soi. Anne a pris la bonne décision, à savoir partir, et je suis heureuse qu’elle ait réussi à s’en sortir.

  • Tristan

    Anne je suis bien content pour toi, heureusement que tu as eu la force nécessaire pour quitter cette place et que tu as été entourée et soutenue en cette période !

    J’espère que le PETIT NEO recevra bientôt un témoignage positif d’accompagnement, de soutien, de présence positive dans une société, mais je ne sais si les mentalités sont suffisamment portées au bien-être dans les entreprises, à donner aux employés un vrai espace de confort afin que toutes leur attention soit portée sur leur travail et apporter ainsi un vrai ‘PLUS’ à l’employé ! Car comme le montre Anne, il ne suffit pas d’avoir les compétences pour satisfaire un employeur, faut-il aussi qu’il nous laisse les utiliser, les développer, les réactualiser, …