Burn-out : rapport de l’Académie de Médecine 4

burn-out

Dans un rapport du 23 février 2016, l’Académie de médecine vient d’émettre des recommandations pour la prévention et la prise en charge du burn-out.

 

Le burn-out : une réalité mal définie

La notion de burn-out s’étend et est de plus en plus relayée par les médias. Pour l’Académie de Médecine, cela est « source de confusion en raison des limites imprécises de cette réalité ». Il est vrai que le burn-out a plusieurs symptômes : épuisement émotionnel, dépersonnalisation, réduction de l’accomplissement personnel.

L’Académie explique que le burn-out « peut s’apparenter soit à un trouble de l’adaptation, soit à un état de stress post traumatique, soit à un état dépressif ».

 

Le burn-out : quelles causes ?

L’Académie de médecine souligne que le burn-out présente les mêmes facteurs que les risques psychosociaux :

  • exigences du travail,
  • exigences émotionnelles,
  • manque d’autonomie,
  • manque de soutien social et de reconnaissance,
  • conflits de valeur,
  • insécurité de l’emploi et du travail.

 

Prévention du burn-out : la nécessité de mobiliser tous les acteurs

Dans son rapport, l’Académie estime que la prévention du burn-out doit être portée par le management de l’entreprise et impliquer tous les acteurs concernés.

Pour Thierry Fourquet, fondateur du cabinet Nouvelle Heure spécialisé dans l’épanouissement au travail, c’est une évidence : « Le burn-out doit être pris en compte dans les entreprises dans une démarche globale de prévention des risques psychosociaux, démarche qui ne peut aboutir avec succès que si l’ensemble des acteurs de l’entreprise y participent : Direction, RH, représentants du personnel, management et médecine du travail. C’est le sens de toutes nos interventions ».

 

Burn-out : le sujet doit devenir une priorité de prévention

L’Académie de Médecine souligne le rôle majeur que doit jouer le médecin du travail dans la prévention du burn-out. Pour elle, il « doit être concentré sur la définition des actions de promotion de la santé au sein de l’entreprise ».

L’Académie met également en évidence la responsabilité des politiques publiques. Il lui paraît nécessaire que le Ministère de la Santé développe « des campagnes d’information auprès du grand public ».

Pour une politique de prévention plus efficace, le rapport propose par ailleurs que soit créée « une structure capable de faciliter la coopération entre Ministère de la Santé et Ministère du Travail ».

 

Le rapport du 23 février 2016 de l’Académie de Médecine vient donc appuyer les efforts des différents acteurs de la prévention, pour que le burn-out, et les risques psychosociaux dans leur ensemble, soient pris en compte dans les entreprises et fassent l’objet d’une politique de prévention ambitieuse.

Lire l’intégralité du rapport de l’Académie de Médecine.

Le Petit Néo

Cet article a été rédigé en collaboration avec le cabinet de prévention des risques psychosociaux Nouvelle Heure.

 

Recevez nos nouveaux articles :

Partagez cet article :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

4 commentaires sur “Burn-out : rapport de l’Académie de Médecine

  • Belhadef Mohand Amokrane

    les producteurs s’intéressent beaucoup plus aux chiffres des rendements et des performances des salaries et négligent la sante et le bien être au travail qui conditionnent
    justement les bonnes performances sur le long terme de l’entreprise. Au delà de l’humain, et si on s’intéresse aux pertes de production, de productivité, de la sécurité sociale, aux maux sociaux menant parfois aux drames qu’occasionne le burn-out? les pertes financières sont énormes pour la collectivité du pays.

  • Amir

    Comme quoi, le burn out n’est pas une vue de l’esprit mais bien une réalité ! Notamment pour les cadres qui en souffrent de plus en plus !!