Les ouvriers : les grands oubliés de la prévention des RPS ?

Les RPS dans l'industrie

Les risques psychosociaux (RPS) à l’usine ? Quasiment une notion inconnue ! Alors que les ouvriers sont formés et fortement sensibilisés par leur employeur aux risques physiques, les RPS sont bien souvent oubliés des plans de prévention.

Industriels : ne vous limitez pas à la prévention des risques physiques

Il est vrai que les risques physiques ou chimiques dans l’industrie sont à prendre au sérieux. Les entreprises doivent remplir leur obligation de sécurité en mettant tous les moyens nécessaires pour protéger leurs salariés. Mais pourquoi oublier les risques psychosociaux ? Alors que les entreprises, tous secteurs confondus, commencent peu à peu à entrevoir les enjeux de la prévention des RPS, l’industrie doit elle aussi s’emparer du sujet. D’autant que les risques psychosociaux peuvent avoir une incidence sur les risques physiques dont elle essaie de protéger ses salariés !

Un lien existe entre risques physiques et risques psychosociaux

Les entreprises du secteur industriel ont l’habitude de traiter les risques physiques et affectent parfois de gros moyens de communication, sensibilisation et formation à leurs objectifs de sécurité. Or elles ont tendance à oublier que la santé mentale de leurs ouvriers peut avoir une incidence directe sur les accidents. Alors que cela paraît être une évidence. Un salarié en souffrance, en stress, déconcentré, fatigué ne serait-il pas plus exposé aux accidents ? La réponse est bien entendu affirmative.

Les risques psychosociaux (RPS) n’épargnent pas l’industrie

L’industrie n’est pas protégée des risques psychosociaux. Les évolutions qu’elle a connues ces dernières années ont produit des effets dévastateurs :

  • des fermetures d’usine et le recul de l’emploi ouvrier, avec pour conséquence une forte inquiétude des ouvriers quant à leur avenir
  • des réorganisations fréquentes
  • un recours de plus en plus régulier au travail précaire (CDD, intérim)
  • l’éloignement du centre de décision (« tout se décide au siège) avec l’impression d’être isolés et « quantités négligeables »
  • une course à la productivité…

Ouvrier : un métier soumis comme les autres aux RPS

En plus de ce contexte de l’industrie, il faut admettre que le métier d’ouvrier a des caractéristiques propres qui l’exposent aux risques psychosociaux, avec parfois :

  • des organisations du travail difficiles (les 3×8)
  • des cadences rapides qu’il faut suivre
  • des temps de pause limités et chronométrés
  • du travail de nuit
  • une répétitivité des tâches
  • un manque de latitude décisionnelle
  • peu de stimulation intellectuelle
  • des possibilités d’évolution limitées…

Au final, force est de constater que les ouvriers, comme tous les autres salariés, sont soumis à des risques psychosociaux. Comme dans les autres secteurs d’activité et comme pour les autres catégories socioprofessionnelles.

Il est nécessaire d’évaluer les RPS dans les usines

La nécessité d’évaluer les risques psychosociaux dans l’industrie apparaît donc évidente. Les ouvriers ne doivent pas être laissés pour compte.

Le cabinet Nouvelle Heure, spécialisé dans la prévention des risques psychosociaux, a ouvert récemment une formation sur les RPS dédiée aux ouvriers, pour faire bouger les mentalités. Selon Thierry Fourquet, fondateur du cabinet, « au-delà de la prévention, cette formation agit comme une forme de reconnaissance pour les ouvriers : les difficultés qu’ils ressentent au travail leur semblent enfin reconnues. Ils ont enfin le sentiment que l’on prend en compte leurs ressentis ».

Ne pas oublier les ressentis des ouvriers

C’est la conclusion que nous pourrions tirer : les ouvriers ont des ressentis qu’ils ont besoin d’exprimer. Les actions de prévention des risques psychosociaux (RPS) sont un moyen de leur témoigner reconnaissance tout en les protégeant.

Découvrez la formation RPS dispensée par Nouvelle Heure.

Le Petit Néo

Partagez cet article :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *