CHSCT : comment traiter les RPS ?

CHSCT RPS

Les membres du CHSCT ont pour mission de mettre en évidence les problématiques liées à l’hygiène, à la santé et aux conditions de travail au sein de leur entreprise. Bien souvent, ils portent en priorité leur attention sur les risques physiques, plus facilement accessibles. Or les risques professionnels comportent également les risques psychosociaux (RPS), pour lesquels l’employeur est également soumis à des obligations.

Le CHSCT se sent souvent démuni face aux RPS. La notion est confuse. Elle évoque par ailleurs les ressentis des salariés et est donc difficilement mesurable avec objectivité. En outre, la Direction est parfois hostile à toute démarche sur les risques psychosociaux, craignant les débordements.

Voici quelques conseils du Petit Néo pour faire avancer votre dossier RPS.

 

La formation du CHSCT à la prévention des risques psychosociaux (RPS)

La formation initiale obligatoire que reçoit tout nouveau membre du CHSCT ne suffit pas à comprendre toute la complexité des risques psychosociaux et à disposer de moyens d’actions suffisants. Le CHSCT doit se saisir pleinement de la thématique des RPS en s’appropriant les fondamentaux (voir notre article sur les risques psychosociaux : de quoi parle-t-on ?), par exemple en recourant à la documentation de l’ANACT.

Au-delà de ces connaissances de base, il est conseillé de suivre une véritable formation aux RPS. Pour le cabinet en épanouissement au travail Nouvelle Heure, cette formation est le socle de toute démarche RPS : « Il est important que tous les acteurs concernés par le dossier RPS bénéficie d’un même niveau de formation en participant à une session qui leur donnera les connaissances de base sur les risques psychosociaux et qui les éclairera également sur la méthodologie à suivre ».

Thierry Fourquet, fondateur de Nouvelle Heure, insiste sur la nécessité de former tous les acteurs concernés par le dossier RPS : « La formation aux RPS ne doit pas être limitée aux membres du CHSCT. Dans notre approche, nous conseillons toujours d’ouvrir la session à des représentants de la Direction et des Ressources Humaines, car c’est ensemble, de manière concertée, qu’ils devront ensuite porter la démarche RPS ».

 

Une méthodologie RPS adaptée

Différents outils peuvent être mobilisés pour évaluer les risques psychosociaux au sein de votre entreprise et parvenir à un plan d’actions de prévention. Selon vos problématiques, la taille de votre entreprise et vos contraintes, ces outils seront différents. A ce stade, il paraît judicieux d’être accompagné par un cabinet de conseil qui saura vous aider à déterminer vos objectifs et vous aidera à choisir la méthodologie la plus adaptée.

Par exemple, il pourrait être peu productif de restreindre l’étude RPS à un simple questionnaire construit par le CHSCT et adressé à l’ensemble des collaborateurs. La source d’information pourrait être trop limitée, uniquement basée sur des questions « choisies » et sur des ressentis et pourrait ensuite être balayée par l’employeur au motif que la méthode ne permet pas d’établir une étude sérieuse et inattaquable. Pour Nouvelle Heure, « l’animation de la démarche par un intervenant extérieur permet de sécuriser la méthode et d’éviter les blocages en levant les craintes des uns et des autres et en dépassionnant le sujet ».

Un cabinet RPS vous aidera à construire une véritable méthodologie, impliquera tous les acteurs de votre entreprise et garantira ainsi que l’évaluation des risques psychosociaux effectuée sera partagée par tous : voilà une bonne base de travail pour en venir à des actions concrètes !

 

L’importance du suivi du plan d’action RPS

Le plus souvent réunis en comité de pilotage, avec des membres du CHSCT, de la Direction et des Ressources Humaines, et grâce à l’animation d’un consultant RPS, vous parviendrez à valider un plan d’actions de prévention concrètes. Encore faudra-t-il en tirer profit pour que tout le travail entrepris ait des effets positifs sur le quotidien de travail des collaborateurs de votre entreprise.

Comprenez que les RPS s’inscrivent dans une démarche au long cours. Leur prévention doit être intégrée dans la culture de votre entreprise. Il est important que tous les projets d’entreprise, quels qu’ils soient, envisagent l’impact qu’ils pourraient avoir sur les risques psychosociaux. Et il est essentiel également que vous suiviez les avancées du plan d’actions de prévention que vous aurez établi. Là encore, inviter votre consultant RPS à vos réunions de suivi pourrait vous aider à conforter le déroulement du plan et à l’enrichir si nécessaire, dans la sérénité.

 

La Direction refuse d’entendre parler de RPS : que faire ?

Il arrive que le CHSCT se heurte à une Direction qui refuse d’admettre la nécessité d’évaluer les risques psychosociaux au sein de l’Entreprise. Pour certains dirigeants, le sujet fait peur. Ils craignent d’ouvrir un sujet qu’ils ne sont pas certains de maîtriser par la suite. Parfois également, ils ne voient pas d’un bon œil une demande émanant des représentants du personnel. Un intervenant neutre, facilitateur de la concertation, peut aider le CHSCT à convaincre la Direction d’agir sur les RPS.

Thierry Fourquet, du cabinet Nouvelle Heure, explique : « En amont de toute démarche RPS, je suis reçu par la Direction à la demande du CHSCT. Elle comprend rapidement mon positionnement : le but d’une démarche RPS n’est pas de pointer des responsabilités. La démarche vise seulement à travailler en concertation, sans jugement, sur l’évaluation des risques, comme on le ferait pour les risques physiques. L’idée n’est pas de désigner des coupables mais d’évaluer les risques afin de les réduire ou, si possible, de les supprimer. Avec cette démarche, on apprend à travailler ensemble pour aboutir à un plan partagé par tous. L’entreprise y est gagnante à 100 % ».

 

CHSCT : concrètement, par quoi commencer ?

Nous conseillons aux CHSCT de prendre contact avec un consultant RPS pour commencer à évoquer le sujet et à entrevoir la méthode qui leur paraît adéquate.

Avant d’ouvrir une démarche sur les risques psychosociaux, le cabinet Nouvelle Heure propose par exemple une formation« Prévention des risques psychosociaux: initiation à la démarche » qui vous permettra d’acquérir les connaissances de base et de comprendre comment se déroule une démarche d’évaluation et de prévention des RPS.

Vous pourrez ensuite travailler sereinement, en étant accompagnés, à la réalisation de l’audit RPS puis au suivi des différentes actions RPS mises en place.

Bon courage pour votre démarche RPS !

Cet article a été rédigé en collaboration avec le cabinet Nouvelle Heure. Pour plus de renseignements, contactez Nouvelle Heure au 09 80 84 67 78.

Le Petit Néo

Partagez cet article :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *