J’ai testé…la sophrologie


NOUVELLE HEURELes entreprises ont aujourd’hui la responsabilité d’œuvrer en matière de stress au travail et de prise en compte des risques psychosociaux. Nouvelle Heure milite pour qu’elles en prennent conscience et avancent vers des plans d’action et de prévention.

Sans vouloir dédouaner les entreprises de leurs responsabilités, il est bien évident que chaque individu peut trouver les moyens pour qu’il diminue ou gère mieux son propre stress. Moi-même, fondateur de Nouvelle Heure, entreprise que j’ai créée pour que mes clients, mes collaborateurs et moi-même puissions travailler dans des conditions idéales et apaisées, j’éprouve parfois le besoin de « décompresser ». Je pratique du sport régulièrement et j’ai testé, récemment, la sophrologie.

Une expérience qui, pour moi, a été bénéfique. Un praticien dont la voix, apaisante, vous guide et vous invite à respirer profondément. Vous vous concentrez sur votre respiration, votre corps, votre intériorité. Et vous lâchez prise.

Le « lâcher prise », quel bonheur ! J’ai trouvé ma petite bulle à moi, ce cours de sophrologie. La praticien y est sans doute pour beaucoup, et je ne peux vous assurer que cette discipline est adaptée à tout le monde. Mais je voulais aujourd’hui témoigner du fait que chacun, à son niveau, peut agir sur son bien-être. J’ai beau travailler dans un environnement idéal, Nouvelle Heure ayant le bien-être dans son ADN, j’ai besoin de trouver des solutions à mon niveau pour gérer le stress qui peut surgir malgré tout.

Comme je le laissais entendre en début d’article, je ne veux pas par ce témoignage délivrer  les entreprises de leur responsabilité en matière de risques psychosociaux : elles doivent agir sur ce dossier et ne pas tout faire porter sur les individus. Elles ont une lourde tâche dans ce domaine. Il est certain que dans un environnement de travail dégradé, la sophrologie ne m’aurait pas aidé suffisamment. Mais ce jour-là, pendant ce cours, elle a été une vraie bulle d’oxygène pour moi.

Nouvelle Heure

Partagez cet article :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *