Je suis un manager sensible, et alors ?

l'intelligence sensible du decideur

l'intelligence sensible du decideurQuand les employeurs listent les qualités qu’ils recherchent parmi leurs candidats au recrutement, ils citent rarement la sensibilité. D’autant plus pour les postes de management.

La sensibilité, un « gros mot » dans l’entreprise ?

Marie Boy publie L’intelligence sensible des décideurs aux éditions Dunod. L’occasion de se rappeler que l’intelligence est beaucoup plus efficace lorsqu’elle est alliée à la sensibilité. Dans une organisation, un manager sensible fait la différence : il soigne sa relation aux autres, il évite de nombreux malentendus, il veille à faire un retour sur le travail de ses collaborateurs et à être à leur écoute, il fait appel à son empathie et ne rejette pas ses intuitions, ses valeurs et élans d’humanité.

Il était temps de le réhabiliter !

Nouvelle Heure

Partagez cet article :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *