CNRS : petit mémo sur le bien-être au travail


Le Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) met à disposition un mémento réalisé par le Docteur Rosenfeld, Médecin de Prévention, sur le bien-être au travail.

Ce document a le mérite de définir clairement tous les concepts liés au bien-être au travail.

Il rappelle notamment que « tout employeur a l’obligation légale de garantir bien et promouvoir le bien–être de son personnel là où il exerce son métier. Il doit veiller à optimiser ses conditions de travail, assurer sa sécurité, veiller à sa bonne santé, combattre les risques d’accidents. »

Quelques définitions utiles, pour être certains que nous parlons tous de la même chose :

Stress : réaction d’adaptation de l’individu à toute stimulation quelle soit agréable ou non qui se manifeste par une angoisse avec des manifestations physiques.

Violence au travail : situation où une personne est persécutée, menacée ou
agressée, psychiquement ou physiquement, au travail.

Burn out : surmenage physique, épuisement professionnel ou autre, avec des répercussions psychiques.

Anxiété, angoisse : malaise psychique, physique à l’imminence d’un danger.

Souffrance : douleur physique / morale (douleurs, malaise, peine), la souffrance au travail est une douleur psychologique très importante.

Harcèlement moral au travail : comportement qui a pour objet ou comme effet de porter atteinte à la personne en tant que telle (sa personnalité, sa dignité ou son intégrité physique), de mettre en péril l’emploi de cette personne ou de créer un environnement intimidant, hostile, dégradant, humiliant ou offensant.

Harcèlement sexuel au travail : toutes les formes de comportement verbal, non verbal ou corporel de nature sexuelle dont celui qui s’en rend coupable sait ou devrait savoir qu’il affecte la dignité de femmes et d’hommes.

L’étude liste par ailleurs les composantes d’une situation de travail génératrice de stress, de tension.

1. Facteurs liés à la tâche :

  • environnement physique / technique : humidité, bruit, chaleur, odeur, manque d’espace espace…
  • contenu même du travail : fortes exigences quantitatives (charge/rendement de travail), fortes exigences qualitatives (précision, qualité)
  • caractéristiques de la tâche (monotonie, absence d’autonomie, répétition, fragmentation)
  • risques inhérents à l’exécution même de la tâche (chirurgien, soigneur…)

2. Facteurs liés à l’organisation du travail :

  • absence de contrôle sur la répartition
  • imprécision des missions confiées
  • contradictions entre les exigences du poste (faire vite et bien…)
  • inadaptations des horaires de travail aux rythmes biologiques, à la vie sociale et familiale
  • modes d’organisation (flux tendu…)
  • instabilité des contrats de travail

3. Facteurs liés aux relations de travail :

  • manque d’aide de la part des collègues et/ou des supérieurs
  • management peu participatif, autoritaire, déficient
  • absence de reconnaissance du travail accompli

L’intégralité de l’étude à votre disposition : ici.

Les solutions Mieux-être au travail de Nouvelle Heure.

Partagez cet article :

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *